L'ennoblissement

L'ennoblissement

pap06.gif

 

C'est par ce terme que l’on désigne l’ensemble des opérations qui transforment un tissu nouvellement tissé ou tricoté en un tissu fini, prêt à l’emploi.

Le décreusage de la soie consiste à enlever la séricine qui entoure le fil. Traditionnellement, on utilise pour cela un bain de savon de Marseille. D’autres procédés fondés sur des enzymes ou sur de l’eau à très haute pression sont également utilisés, mais les puristes préfèrent la méthode traditionnelle qui, bien que plus onéreuse, ménage davantage le tissu. Le décreusage va donner au tissu de soie toute sa souplesse et tout son brillant en même temps qu’il le rend réceptif aux matières colorantes. La séricine entre pour environ 25% dans le poids total d’un tissu et la perte de poids résultant du décreusage peut être compensée par un greffage chimique (la charge).

Teinture

On distingue deux types de teinture, la teinture en fil et la teinture en pièce. Dans le premier cas, les fils individuels sont décreusés, tordus et teints avant le tissage. Dans le deuxième cas, c’est le tissu qui est décreusé et teint. La teinture en pièce était pratiquement inconnue avant 1815-1830. On teignait le fil dans des cuves de matière colorante avant de les fixer, rincer et sécher.

La teinture en pièces a été perfectionnée à Lyon, grâce aux travaux de l’École de Chimie, et utilisée à l’échelle industrielle à partir des années 1850. Il existe plusieurs procédés de teinture et plusieurs familles de matière colorante. On distingue entre autres les colorants réactifs, acides, basiques et directs. Le tissu peut être introduit dans le bain de teinture en passant entre deux rouleaux, ou il peut être fixé sur un jigger qui est immergé et tourne lentement dans le bain. Le colorant est en même temps fixé sur le tissu avant que celui-ci ne soit rincé et séché.

 

L' impression

L’impression est une forme de teinture localisée, c’est-à-dire un motif ou un dessin est placé à des endroits précis sur le tissu. La méthode d’impression la plus couramment utilisée est l’impression au cadre (dite ‘à la lyonnaise’). Il s’agit d’une méthode très ancienne, apparentée à la sérigraphie, dont l’utilisation industrielle a été perfectionnée à Lyon dans les années 1850, d’où son nom. Aujourd’hui on voit apparaître l'essor de  l'impression numérique sur soie , dérivée de l’impression sur papier. Il est encore trop tôt pour dire quel sera l’impact de ce procédé sur l’impression sur soie.

Pour imprimer de grandes séries, on utilise parfois l’impression au rouleau, qui consiste à faire passer le tissu écru entre deux rouleaux gravés d’un dessin.

Les apprêts

Différents apprêts de finition viennent conférer au tissu teint des propriétés particulières. D’abord, il s’agit de conserver ce toucher particulier de la soie, souple et gonflant, ‘la main’. Ensuite on peut appliquer des traitements ignifuges (pour les tissus d’ameublement en particulier), hydrofuges, infroissables etc. L’art de l’apprêteur consiste à donner au tissu un aspect et un toucher recherchés, sans altérer les qualités intrinsèques de la soie.

 

enno.jpg

 
 Copyright ©   www.intersoie.org/