Le tissage de la Soie

LE TISSAGE DE LA SOIE

pap05.gif

 

Le tissage est l’opération qui crée le tissu par l’entrecroisement des fils de chaîne (sens de la longueur) et des fils de trame (sens de la largeur), sur un métier à tisser. Les fils de chaîne sont montés sur un grand rouleau, en respectant leur tension et leur parallélisme (l’ourdissage). Les différentes structures de tissus sont appelées ’armures’ (voir plus loin). Aujourd’hui on a tendance à parler de ’machine à tisser’ plutôt que de métier car le matériel de tissage moderne ne comporte plus de navette. Le fil de trame est introduit dans la chaîne par d’autres procédés... air comprimé, pinces. La vitesse du tissage a ainsi augmenté de manière considérable. En même temps, ce matériel permet de tisser en double voire en triple largeur (3 x 90 cm par exemple) et leurs automatismes permettent d’employer moins de personnel. Malgré les progrès énormes qu’apportent ces machines, certains types de tissus continuent à être fabriqués sur des métiers mécaniques traditionnels. C’est notamment le cas des tissus haute-nouveauté et des tissus d’ameublement. Lorsqu’il s’agit de reproduire des tissus anciens, seul le métier manuel ( métier à bras) peut répondre.

Les tissus ’tombés de métier’ subissent une inspection rigoureuse afin de détecter le moindre défaut.

 

Le tricotage

L’autre technique permettant d’obtenir un tissu est le tricotage. La soie est une fibre qui se prête admirablement au tricotage. Son élasticité naturelle s’allie à l’élasticité conférée par le tricotage pour aboutir à des tissus de maille très appréciés. L’intérêt de ces tissus réside dans leur souplesse, leur drapé et leur confort. Par ailleurs, les tissus de maille offrent une très grande résistance au froissement.

 

La passementerie

Appelée parfois ’tissus étroits’, la passementerie est l’art de fabriquer des rubans, galons, fanions, etc. C’est la grande spécialité de Saint Etienne et sa région depuis la fin du XVIIIème siècle. 

 

05_01.jpg

 
 Copyright ©   www.intersoie.org/