Du fil au tissu de Soie

dU FIL AU TISSU DE SOIE

 pap04.gif

 

Filature de la soie. Après l’étouffage et le séchage des chrysalides à l’intérieur de leur cocon, on procède à trois opérations :

• Les cocons sont trempés dans de l’eau très chaude (‘la cuite’) pour ramollir la séricine des couches supérieures.

• Des brosses mécaniques rotatives battent les cocons pour enlever les petits fils discontinus de l’extérieur du cocon (les blazes).

• On ‘purge’ ensuite les cocons, toujours dans de l’eau très chaude, pour enlever les blazes et dégager l’extrémité du fil continu, qui peut atteindre 1 600 mètres de long. Une fois les cocons préparés ainsi, on les place dans des bassines de filature dans une eau à 50°C ①. La filature proprement dite peut ensuite commencer. Le filateur assemble les baves de 4 à 14 cocons selon la grosseur de fil souhaitée (on dit le ‘titre’). Les fils ainsi constitués reçoivent une très légère torsion (la croisure) de manière à assurer leur cohésion avant d’être repris sur une grosse bobine (la tavelle). L’ouvrière fileuse doit surveiller étroitement le déroulement de cette opération afin de remplacer les cocons épuisés et ainsi éviter les écarts de titre du fil assemblé. De nos jours, la filature est de plus en plus souvent assurée par des machines de filature automatiques. Dans les bassines les plus perfectionnées, la machine veille ellemême à la régularité du fil. Le fil ainsi obtenu est appelé soie grège. Il est présenté sous formes d’écheveaux ou ‘flottes’②. Schappe et bourrette. Les cocons inutilisables en filature (cocons percés, tachés etc.), les fils cassés lors de la filature, les blazes dégagées sont réunis, lavés et partiellement dépouillés de leur séricine. Ces filaments courts sont ensuite cardés et peignés à la manière de la laine et convertis en filés de fibres. Les fibres les plus longues donneront la schappe, les plus courtes la bourrette. Douppion. Il arrive parfois que deux vers filent leur cocon trop près l’un de l’autre et au lieu de produire deux cocons distincts, ils feront un seul cocon double (douppion = double) aux fils entremêlés. Ces cocons doubles sont filés par un procédé spécial et fourniront un fil de soie grossier et irrégulier qui donne au tissu final un aspect très apprécié par la mode. Quelquefois appelés à tort ‘soie sauvage’ ces tissus s’appellent plus proprement ‘douppion’.

 

Soies sauvages, tussah. On désigne sous ces vocables les soies tirées d’insectes qui vivent à l’état sauvage ou semi-domestiqué, qui sont de race différente du Bombyx mori. En Mandchourie et en Inde, la soie sauvage connue sous le nom de tussah (ou tussor ou tassar) est produite par une chenille qui vit sur des chênes. L’Inde produit également deux variétés locales : l’éri et le muga. Classification des soies grèges. La soie grège est classée selon des normes internationales établies par l’Association Internationale de la Soie. Le premier élément de cette classification est l’origine (Chine, Brésil, Inde...). Ensuite on détermine la qualité, exprimée en un certain nombre de grades. Le grade est défini selon un ensemble de critères portant sur la régularité, la propreté, la netteté, la cohésion etc. Le grade est exprimé par une lettre. On distingue ensuite le titre (la grosseur mesuré en denier (1 denier = le poids en grammes de 9000 mètres de fil). Tous ces éléments sont exprimés sur le certificat d’essai qui accompagne chaque lot de soie grège commercialisé. On peut y lire, par exemple : Chine 3A, 20/22, signifiant une soie grège d’origine chinoise, de grade 3A, dont le fil a une grosseur de 20 à 22 deniers. Soies ouvrées. Les fils de soie grèges (fils simples) sont parfois utilisés directement en tissage, pour le habutaï, par exemple. Toutefois souvent les fils simples sont assemblés et tordus ensemble par l’opération nommée moulinage (ou ouvraison) pour former des soies ouvrées.③ Le but du moulinage est de fournir des fils d’une grosseur et d’une tenue appropriées au tissu que l’on veut fabriquer. Le moulinage sert aussi à conférer un certain aspect ou toucher particuliers.

Voici certains exemples de soies ouvrées : Poil : Fil simple de grège tordu jusqu’à 3 000 tours au mètre. Trame : La trame est un assemblage de plusieurs fils simples qui a reçu une torsion de 100 à 150 tours/mètre. Organsin : L’organsin est une soie composée de deux ou plusieurs fils dont chacun a reçu une première torsion de droite à gauche et le fil assemblé une torsion supplémentaire de gauche à droite. Crêpe : Ce fil a reçu une très forte torsion (2400 - 3000 tours/mètre). Il entre dans la composition des tissus du même nom, soit dans la trame soit en chaîne et en trame.

 

 

04_01.gif

 
  Copyright ©   www.intersoie.org/